Le jeans est aujourd’hui le vêtement incontournable pour être tendance ou simplement être soi-même. Fort de son confort et de sa résistance, le pantalon en denim a bravé les siècles et les modes et n’est plus que jamais au goût du jour. Si pour la majorité des gens,le blue jeans remonte à Levi Strauss, il a été pour chacun à une époque, un symbole. Retour sur l’histoire de cette paire de jeans légendaire.

Du simple denim au célèbre jeans Levi’s

Contrairement à ce que nombre d’entre nous pensent, le « jeans » ne désigne pas la matière de ce pantalon qui est en fait confectionné à partir de toile denim. Le terme « jeans » fait en réalité référence à la ville de Gênes en Italie d’où provenait la teinture bleue qui servait à colorer les « bleus » de travail Levi’s. La toile denim, connue au XVIème siècle sous le nom de « serge de Nîmes« , ville du Sud de la France où elle était alors fabriquée, est une toile en coton à armure de serge qui se révèle être très solide et résistante. C’est ainsi qu’à l’époque de la ruée vers l’Or, à la fin du XIXème siècle, cette étoffe inusable parfaitement appropriée aux durs labeurs des conquérants de l’Ouest est choisie par Levi Strauss qui fabriquait jusque là des pantalons en toile de tente. Quelques années plus tard, afin de satisfaire la demande des bûcherons et des chercheurs d’or en quête de vêtements de travail encore plus résistants, Levi Strauss et Jacob Davis réfléchissent à renforcer la solidité du jeans et surpiquent ainsi les poches arrières d’un fil orange et y rajoutent des rivets pour éviter qu’elles ne se déchirent. Face au succès de ce jeans de qualité, Davis et Levi Strauss feront breveter leur invention et donneront ainsi naissance au célèbre jeans Levi’s alors simple bleu de travail riveté en denim. D’ailleurs à cette époque, il ne coûte seulement que 1,25 dollars…

Un jeans empreint de symboles à travers l’histoire

Pour avoir parcouru le temps, le jeans fut un symbole à différentes époques. Ainsi, durant la Grande Dépression de 1929 qui toucha particulièrement les Etats Unis, le port du jeans se répand chez les paysans et les travailleurs qui apprécient son faible prix et sa résistance. Ce sont les raisons pour lesquelles il est ensuite distribué aux nécessiteux dans le cadre de la réforme du New Deal en 1933. Peu à peu démocratisé, le blue jeans n’est plus un simple habit de travail si bien que dans les années 1935, le denim jusque là réservé aux hommes se décline en une collection spécialement dédiée aux femmes: le« Lady Levis ». Après avoir conquis l’Amérique, durant la Seconde Guerre Mondiale, le jeans arrive en Europe aux jambes des soldats américains où il connait un franc succès malgré son prix plus élevé qu’aux Etats Unis. Puis, ce sont au tour des célébrités du cinéma et de la musique, hommes et femmes, telles que Marylin Monroe et James Dean qui, en s’affichant vêtus d’un jeans, participent ainsi à son succès. Comme il le fut entre les deux guerres pour les étudiants et les artistes, dans les années 70, le jeans est à nouveau un symbole de contestation avec la génération hippie qui, en signe de révolte, sort de la standardisation du denim existant en portant des jeans peints, perlés, délavés et taillé en patte d’eph. Par la suite, le jeans a aussi trouvé sa place dans le milieu très prisé de la haute couture grâce aux couturiers reconnus qui s’y sont intéressés de près.

Le simple blue jeans de travail en denim s’est ainsi imposé aux hommes et aux femmes, au sein de toutes les classes sociales, quels que soient les âges dans plus de 100 pays. Autrefois apprécié pour sa robustesse, le jeans est aujourd’hui le signe de la liberté et de l’individualité. Ainsi pour faire face à la concurrence, au temps qui passe, aux modes qui trépassent et aux goûts de tous, ce pantalon mythique a dû s’adapter et se décliner pour ainsi offrir plusieurs coupes, couleurs et finitions. Mieux encore, il est désormais possible de créer des jeans personnalisés et sur mesure adaptés à la taille et au style de chacun.